Necromentia

Un flim de Pearry Reginald Teo (2009).

par

Hier, j’ai regardé Necromentia, dégoté à 2.99€ chez Cash Converters. Ça les vaut, mais réfléchissez-y à deux fois avant d’y mettre plus. Parce que si Necromentia n’est pas mauvais, il n’est pas bon non plus.

Necromentia

L’histoire est un poil alambiquée. Nous avons donc Hagen, gros loser nécrophile épris d’une femme (morte, donc), et qui se laisse convaincre par Travis qu’il existe un moyen de ramener la demoiselle des enfers. Travis, Maître SM très hardcore à ses heures, a quant à lui perdu son frère handicapé, enlevé par un certain Morbius, qui lui apparaît en songe, et qui semble en vouloir à Hagen … Évidemment les trois personnages sont plus liés qu’ils ne le croient. Bla bla bla.

C’est une sombre histoire de vengeance, une de plus, qui lorgne sur Hellraiser de Clive Barker. Les influences sont là, c’est bien. Necromentia ne jouit pas d’un gros budget et cela se sent. Aucun acteur connu ou reconnu au générique, des effets spéciaux à l’ancienne en carton pâte, des cadrages et un montage cache-misère … Les comédiens ne sont pas toujours des plus inspirés mais globalement ça tient la route, tout comme les effets spéciaux gorets comme il faut -avec une belle promo sur les intestins -.

Reste que sur l’heure et quart que doit durer le flim, on a tendance à trouver le temps un peu long. Tout ça manque de rythme, et malgré un passage absolument génial -la suicide-song du Monsieur Cochon en karaoké, fallait oser-, Necromentia n’est qu’un DVD de plus sur mon étagère. Enfin dans ma pile présentement.

Pas honteux mais tout à fait dispensable.

Laisser une trace

  • (will not be published)