Bruce Springsteen – Dancing In The Dark (1984)

par

(c) lescharts.com
En 1984, la Bossmania déferle sur le monde entier (bon, à part en France, bien sûr, où le titre ne se classera qu’à une malheureuse 30ème place). Avec l’album « Born In The USA », Bruce Springsteen envahit les ondes avec des morceaux rocks FM du meilleur goût et d’une efficacité rares (7 singles tout de même, ce qui est honnête sur un album de 12 morceaux).

« Dancing In The Dark » reste dans les mémoires, car il s’agit sans doute de la première tentative de la part de Bruce de s’illustrer dans l’exercice si particulier du scopitone. On ne peut pas parler ni de franche réussite ni d’une originalité extraordinaire, car faire du play-back filmé devant une audience type concert, on a déjà vu plus novateur… Et en plus Bruce n’a pas l’air terriblement à son aise.

Un clip qui a surtout un nom assez ronflant à la réal., un certain Brian de Palma (dont on ne reconnaît pas forcément tout de suite les principales qualités) et qui fût l’occasion pour la toute jeune Courteney Cox de montrer son joli minois (il lui a fallu quand même 10 ans pour éclater au grand jour avec Friends…).

[dailymotion id=video/x232sk?theme=none]

En cadeau bonux, une superbe prise alternative, avec bretelles intégrées, toujours réalisé par Brian de Palma : il aurait été vraiment champagne de faire de cette vidéo un clip officiel.

Plus une petite version live, car Bruce en live, y a que ça de vrai : reviens nous voir Bruuuuuuuce !!!

Il y a plein de covers toutes molles de ce morceau (Pete Yorn, The Temper Trap, Teagan & Sara, Amy McDonald…) dont je vous fais grâce : alors oui, je vous l’accorde, une chanson avec des paroles assez sombres comme celle-ci pourraient se prêter à un rythme mollasson et mou du genou… mais non ! Et puis d’abord, on oublie pas impunément la petite touche de saxo de Clarence Clemons, non mais !

Laisser une trace

  • (will not be published)