Portal 2

Parce qu'il est de ces jeux sur laquelle la presse spécialisée déverse des flots de compliments de manière rebutante et exagérée ...

par

Parce qu’il est de ces jeux sur laquelle la presse spécialisée déverse des flots de compliments de manière rebutante et exagérée … Parce qu’il est grand temps que quelqu’un réagisse, et s’élève en pourfendeur des lieux communs et des idées reçues … Bon ben je ne serai pas celui là ^^.

Portal 2

Bon déjà confessons-nous sur un point, j’ai découvert Portal premier du nom il n’y a pas si longtemps. 3 ans tout au plus. Un collègue de boulot me l’a prêté. Le fou. Je l’ai fini assez vite -le jeu pas mon collègue, non mais pour qui vous me prenez-, mais l’expérience fut belle, marquante, jouissive. Parce qu’arriver à stimuler à ce point l’intellect et les zygomatiques, ça force le respect. Le postulat de base était simple. Des salles piégées par une IA un brin chambreuse, GLaDOS, dont vous deviez vous échapper grâce à deux flingues créateurs de portails (une entrée, une sortie). Ce petit jeu bonus était si addictif qu’il vous en faisait oublier qu’il n’était qu’un supplément à Half-Life 2 Episode 2 et Team Fortress 2. Excusez du peu. Toujours est-il que honte à moi, j’ai rendu l’Orange Box, je ne l’ai jamais acheté, et qu’il ne trône donc pas dans mes rayons. Je suis un raté.

Bref, Portal 2 pour le coup n’est plus un bonus. C’est un vrai jeu, qui a sa boite rien qu’à lui. Je ne vais pas m’appesantir sur l’histoire, je n’ai pas envie de vous spoiler la mouille.  Près de 100 ans ont passé depuis les évènements du premier épisode. Vous vous réveillez dans une chambre délabrée d’Aperture Science. Vous êtes tout de suite pris en charge par Wheatley , sympathique robot rondouillard, maladroit et stupide. Point de vue humour vous êtes tout de suite dans le jus. C’est drôle, extrêmement bien doublé. Pour faire court, après une jolie balade de santé, vous retrouverez vite votre vieille copine GLaDOS: elle non plus n’a pas changé d’un iota, toujours prête à vous faire la peau avec style. Suivrons une batterie de tests et de formidables twists scénaristiques qui vous sortiront de votre routine.

C’est là où les petits gars de chez Valve ont fait très fort. Ils sont parvenus à greffer sur un formidable -mais simple- puzzle game un vrai scénario avec moult passages d’exploration, et moments de bravoure. Et là on se tait et on savoure …

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Oui bon, par écrit ça ne rend pas bien.

Mais n’empêche. En plus d’une chouette histoire, ils se sont même permis d’implémenter de nouvelles petites idées de gameplay excellentes : des lasers, avec des cubes pour les dévier, des catapultes, des ponts de lumières, mais surtout de la peinture. Le gel bleu vous permet de sauter beaucoup plus haut, de rebondir, le gel orange vous donne de la vitesse, le gel blanc vous permettra de poser des portails sur des surfaces qui jusqu’ici ne les acceptaient pas. Évidemment vous ne pourrez pas mettre ces gels où bon vous semble. Il faudra les acheminer par le biais de vos portails. Et là, ça sera funky. Vous en baverez. Mais, et c’est là où ils sont forts chez Valve -décidément-, vous n’en baverez pas forcément longtemps. La difficulté est superbement bien dosée. Pour résoudre une énigme, atteindre un passage inaccessible, vous n’avez qu’à utiliser votre cerveau. Ca marche très bien. Le level-design est à ce titre FAN-TAS-TIQUE. L’architecture de chaque pièce, chaque salle de torture est un travail d’orfèvre qui fonctionne au pixel près -aurait-on envie de dire-.

Qu’est ce qu’on se sent bien dans Portal 2. Les énigmes retords, l’humour, les voix de Wheatley et de GLaDOS -et des tourelles putain, le doublage des tourelles est fameux ! -, la jouabilité totale, le mode multi super bien pensé, la p’tite musique electro, la chanson de fin, l’intelligence de l’ensemble font de Portal 2 de très loin le meilleur jeu de l’année au point où nous en sommes. Oui, nous ne sommes qu’en juillet, et Deus Ex 3 sort le mois prochain. Et Arkham City en octobre.

Putain qu’est ce qu’on aime les jeux vidéo !

PS / Une partie de la BO est disponible gratuitement ici

Laisser une trace

  • (will not be published)