Une star dans ma vie

A quelques heures de la reprise du travail, quelques minutes de bonheur avec un petit flim, tout mignon, pas cucul, complètement indispensable.

par

ten items or lessLe joli flim que voilà. Cette nouvelle découverte du Marshall est l’œuvre de Brad Silberling, un individu capable de tout. Comme beaucoup il débute par des séries tv, dont le Dr Doogie, total respect. C’est le gros Spielberg qui lui offfre son premier long en 95: Casper, le peit fantôme, où il a la  chance de diriger Christina Ricci. Suivront le joli City of Angels (La Cité des Anges), l’inédit Moonlighr Mile, Les désastreuses aventures des orphelins Baudelaire (Je ne dis pas que c’est mauvais, c’est le titre), et donc une star dans ma vie en 2004. Depuis Brad a mis en scène le truculent  Will Ferrel dans Land of the Lost, que nous n’avons pu voir.

Plutôt habitué aux grosses machines, Brad Silberling surprend son petit monde avec ce « Une star dans ma vie » (10 items or less en VO). L’histoire tient sur un timbre poste: un acteur connu et apprécié -Morgan Freeman- se retrouve dans une superette de campagne pour préparer un rôle. Il y fait la connaissance d’une jeune caissière espagnole – Paz Vega-. Intrigué par la jeune femme, il va la driver pendant la journée car celle-ci désire prendre un nouveau départ.

Vous l’aurez compris, au casting une seule star, le vieux et toujours frétillant Morgan Freeman, 72 ans et une flimo longue comme mon bras. Face au cador, la délicieuse et énergique Paz Vega. On avait déjà pu apprécier le talent de la jeune andalouse dans le très joli Spanglish avec Adam Sandler. Avant d’atteindre les côtes américaines, elle a plutôt joué dans des productions espagnoles qui n’ont pas toutes traversé les Pyrénées. Elle a tourné dans un flim français, Novo, de Jean-Pierre Limosin. Depuis on a pu la voir en salle et en DVD dans le très bof the Spirit.

N’empêche, ce ne sont pas les plus grandes histoires qui font les plus grands flims. Ce petit bijou de simplicité, de tendresse et d’humour est disponible en DVD un peu partout. Dijonnais, il est dispo à 10 euros chez Odyssée, rue du Bourg.

Une trace

  1. Marshall Banana

    Complètement d’accord, ce film est magnifique. Une rencontre entre deux personnes que tout semble opposer, et qui se révèle au final aussi magique qu’émouvante. Le seul point négatif de ce film, c’est son titre français (franchement à quoi ça rime… c’est un vrai tue-l’amour ce titre…).

    Sympa la p’tite pub pour Odyssée ^^

Laisser une trace

  • (will not be published)