Marley et moi

Sur sewersurfer en ce moment, on a pas envie de parler de flims qui font l'actualité. On préfère causer de ceux qui sont disponibles pour pas cher et dont on a pas encore parlé. Marley et moi fait partie de ceux-là.

par

Marley et moi

Marley et moi

Sur sewersurfer en ce moment, on a pas envie de parler de flims qui font l’actualité. On préfère causer de ceux qui sont disponibles pour pas cher et dont on a pas encore parlé. Marley et moi fait partie de ceux-là.

Marley et moi, c’est l’histoire d’un couple, John et Jennifer (Owen Wilson et Jennifer Aniston). Comme souvent dans ce genre d’histoire la dame veut un enfant, pas le monsieur, qui lui offre un chien, Marley, pour la distraire. Nous suivrons ensuite l’évolution du couple, qui se muera en jolie petite famille, unie autour de leur toutou.

Ne vous fiez pas à la jaquette, ce n’est pas « bourré de gag » et les comédiens ne  sont pas « délirants ». Par contre ils sont d’une justesse époustouflante. Surtout Owen Wilson. On en dira pas trop pour ne pas vous gâcher le plaisir mais  il est touchant l’animal. La vraie bête à poil l’est tout autant. Et je ne parle pas de la très chouette Jennifer Aniston, hein. Non, les 22 labradors sont magnifiques.
Des gags il n’y en a pas beaucoup, et j’irai même jusqu’à dire qu’il n’y en a pas. J’étais prévenu, le Marshall et le petit Ephram avaent pleuré à chaudes larmes, alors je savais à quelle sauce j’allais être mangé. Tout a beau être prévisible à des kilomètres, c’est fait -et bien fait- pour que vous tombiez. Attendez-vous à avoir les yeux chauds et les joues mouillées. Que vous ayez ou non goûté à la compagnie d’un animal un jour, Marley et moi vous touchera forcément.

La réalisation de David Frankel est très propre. Il a réalisé pas mal d’épisodes de séries TV (Sex & the City, Entourage ou Band of brothers) avant de passer au long avec le sympathique Diable s’habille en Prada. On y ajoutera des seconds rôles impeccables comme Alan Arkin ou Eric Dane, qui, tout en étant le sosie officiel de Marat Safin et Eric Naulleau réunis, réussit le tour de force d’être sympathique.

On tient là un bien chouette flim pour sourire et s’émouvoir. Et quand on vous dit qu’il est pas cher

Laisser une trace

  • (will not be published)