Top Moujik 2009

C'est devenu une tradition, retour sur une année 2009 plutôt riche, entre découvertes, confirmations et petites déceptions ...

par

topmoujik09

C’est devenu une tradition, retour sur une année 2009 plutôt riche, entre découvertes, confirmations et petites déceptions …

Faisons déjà le tour des albums sortis cette année, et que j’ai pris le temps d’écouter :

11:11 de Rodrigo y Gabriela
An acoustic night at the theatre de Within Temptation
Backtracks d’AC/DC
The Big Machine d’Emilie Simon
Black Clouds and Silver Linnings de Dreamtheater
Cosmic Egg
de Wolfmother
Crack the Skye de Mastodon
En Concert de Jack Johnson
The Empyrean de John Frusciante
The Fall de Norah Jones
Flight 666 d’Iron Maiden
The Hangover OST de divers artistes
Les Wampas sont la preuve que Dieu existe de les Wampas
Liebe ist für alle da de Rammstein
Live a the O² Arena de Katie Melua
Music for Cougars de Sugar Ray
No Line on the Horizon de U2
Storia, storia
de Mayra Andrade
Street Sweeper Social Club de Street Sweeper Social Club
Them Crooked Vultures de Them Crooked Vultures
White Lies for Dark Times de Ben Harper & Relentless7

Peut-être que pour certains absents de la liste je ferai mon mea culpa une fois que je les aurai écouté. Je pense notament au dernier Depeche Mode que le Marshall a bien aimé -si mes souvenirs sont bons. En attendant, ça se bouscule au portillon, c’est un fait. Du lourd, du très très lourd en cette jolie année 2009.

D’entrée, je vais mettre le Backtracks d’AC/DC hors course. Totalement indispensable pour les 2 premières plages du premier CD, car jamais nous n’avions entendu les Boys comme ça, Backtracks n’en demeure pas moins qu’une compil de raretés (déjà entendues) et de prises live.

Bon allez lançons-nous …

#1

white-lies-for-dark-timesWhite Lies for Dark Times

Ben Harper & Relentless7

Choix pas si difficile que ça, finalement. D’écoute en écoute le dernier album de Ben et de ses nouveaux compagnons de route gagne en générosité, jusqu’à en devenir incontournable.

#2 ex-aequo

them-crooked-vulturesthe-big-machineThem Crooked Vultures

Them Crooked Vultures

The Big Machine

Emilie Simon

Comme l’an passé, ils sont deux à se partager la 2e place. Sur le papier le combo Them Crooked Vultures est plus qu’excitant: Josh Homme (QOTSA) au chant et à la guitare, John Paul Jones (Led Zep) à la basse et aux claviers et Dave Grohl (Foo Fighters) aux fûts, il y a de quoi se matraquer la quenelle sur le rebord des cabinets. Au final on a affaire à un superbe album des Queens of the Stone Age, qui auraient intégré les petits enfants de Led Zep et Cream. Planant et hypnotique, on regrettera simplement qu’il manque le je-ne-sais-quoi qui fait d’un album excellent un album d’exception.
Je vois d’ici vos gros yeux interrogateurs quant à la présence de la petite montpelliéraine au milieu des trois beaux messieurs de TCV. Et bien que voulez-vous, des fois on ne choisit pas. Très coloré et inspiré, The Big Machine est un bien chouette voyage. Pas de guitare, juste de l’électronique, une basse et une batterie suffisent à la petite Emilie pour créer un univers lorgant du côté de Kate Bush. On aime ou on déteste, moi j’adore. Si je ne lui donne pas la première place, c’est que son album est en anglais et que je préfère l’entendre chanter dans la langue de Domenech.

#3

111111:11

Rodrigo y Gabriela

Dans cet album voulu comme un hommage aux gens aimés par la paire de gratteux mexicains -Dimebag, les Floyd, Al di Meola …- , Rodrigo y Gabriela confirment ce dont on se doutait déjà : ils sont exceptionnels. 11 morceaux pour autant d’ambiances, de jeux, d’émotions. La classe totale. Vivement avril !

#4

crack-the-skyeCrack the Skye

Mastodon

Si Blood Mountain était vachement bon, Crack the Skye enfonce le clou. Mastodon n’est pas qu’un groupe de metal bête et méchant. Leurs albums fourmillent d’idées, de changements de rythme comme j’affectionne. Et surtout ils évoluent à chaque galette. Si le genre « metal progressif » existe, ne cherchez pas plus loin, c’est là.

#5

cosmic-eggCosmic Egg

Wolfmother

Très chouette deuxième album des australiens de Wolfmother. Musicalement ca rappelle fortement Led Zeppelin, vocalement aussi.  Il y a bien 1 ou 2 chansons un peu molles ou  une ressemblant à du Muse (surtout dans la voix, c’est dire le talent d’Andy Stockdale), mais pas de quoi pleurer. C’est de la belle ouvrage. Et puis la jaquette est magnifique.

#6

leswampasontlapreuvequedieuexisteLes Wampas sont la preuve que Dieu existe

Les Wampas

« U-NI-VER-SAL On a pas de single ! » Oui mais une bien belle galette. Le 11ème album de Didier et ses compères est drôle et entraînant, d’un nonsense total, et se paye même le luxe d’être touchant le temps d’un Georges Marchais, « Reviens, reviens, reviens, reviens, reviens !« . Le punk français va pas si mal. Merci.

#7 ex-aequo

storiastoriaen-concertStoria, storia

Mayra Andrade

Jack Johnson en concert

Jack Johnson

Encore un ex-aequo entre deux albums parfaits pour se reposer après toutes ses émotions : Storia, storia, deuxième album de la capdverdienne née à Cuba Mayra Andrade et le premier live du surfeur hawaien Jack Johnson. Storia, storia est quasi-intégralement en portugais -ou en capverdien, j’avoue je ne saurais faire la différence-, cela n’empêche pas d’apprécier une voix magnifique, des sonorités riches. C’est rien chouette.
Après 4 bien sympatoches albums studio  l’ancien espoir du surf Jack Johnson sort son premier live, logiquement intitulé « En concert ». Force est d’avouer que le dernier album était joli, sans plus. En live les chansons de Jack Johnson prennent une autre dimension. Le public répond joliment, ça met de bon poil, ça touche juste et c’est bien là le principal.

#8

flight-666Flight 666

Iron Maiden

Un live de Maiden, à la base ça n’a rien d’original. Ce n’est pas le premier, et srement pas le dernier. N’empêche. Un live de Maiden, c’est un live de Maiden. En plus la tournée Somewhere back in time touchait à des albums majeurs de la carrière du groupe anglais. Le principal souci de ce disque c’est de piocher des titres sur un peu toutes les dates, c’est la compil de la tournée, pas la captation d’un seul concert. Passé ce petit point noir, c’est du bonheur. Et on a vu Rhyme of the Ancient Mariner en vrai quoi.  Un bon ptit CD à pas cher pour la Noël (10€ chez planet saturn à Dijon, p’tet que les autres s’alignent).

#9

liebe_ist_fur_alle_daLiebe ist für alle da

Rammstein

Ach. Vous l’avez compris si vous avez lu ma chronique du concert, mais ce dernier album de Rammstein ne m’a pas complètement convaincu. Sûr qu’il y a des morceaux puissants et beutiots comme on les aime, mais d’autres sont franchement lents et ennuyeux (dont Frühling in Paris, désolé les garçons). Ca reste un bon album mais on était en droit d’attendre mieux du successeur de Reise, reise et de son petit frère Rosenrot.

#10

liveo2arenaLive at the 0² Arena

Katie Melua

C’est très chouli. Comme d’habitude avec Katie s’empressera-t-on d’ajouter. Un peu comme Jack Johnson elle parvient à donner à des chansons un peu fadoches du 3e album studio une toute autre dimension en live. Les autres sont toujours aussi belles avec une mention pour la petite berçeuse géorgienne Kviteli Potlebi . A mes souhaits.

Et le reste …

Ils ne sont pas dans les 10 mais auraient pu … An acoustic night at the theatre de Within Temptation est une très chouette captation du groupe batave qu’on vous recommendera pour la douce voix de Sharon, qui rencontre le temps d »un duo la fameuse Anneke van Giersbergen, première chanteuse de The Gathering -autre groupe batave dont les premiers efforts sont chaudement recommandés-. Street Sweeper Social Club invalide la maxime jamais deux sans trois, car ce nouveau projet de Tom Morello n’est pas dans le top 10 cette année. Accompagné du rappeur  Boots Riley, la tentative ne saurait dépasser le stade du  « sympathique », sans plus. La voix est très supportable, les riffs de Tom aussi, à défaut d’être inspiré. Ecoutez-le pour vous faire une idée. La BO de The Hangover (Very Bad Trip en VF) est hautement recommandable. Surtout si on peut l’associer à des souvenirs d el’excellent flim qui va avec.  Les Donnas, les Cramps, Phil Collins côtoient des reprises improbables d’Elvis et de 50 cent. Alors oui, j’aurais voulu vous dire du bien de No Line on the horizon du plus grand groupe de rock du monde mais non. Non. J’en dirai pas du mal non plus. Il était écrit que je ne me fâcherai pas avec ma famille aux abords des fêtes de fin d’année ^^. The Empyrean de John Frusciante ou le dernier Dreamtheater sont à écouter. Le premier est un trip bien loin des Red Hot-qu’il quitte semble-t-il-, le second n’est pas le meilleur album de la troupe à Labrie, mais si vous aimez ça, ne vous privez pas. The Fall de Norah Jones est sûrement ma déception de l’année. C’est mou, inodore et indolore aussi, rassurez-vous. Mais qu’est ce qu’on s’ennuie. Vouloir évoluer, changer de style, se faire palisir, c’est bien, mais bon, faut pas non plus oublier le plaisr des gens qui achètent les disques. Où sont les mélodies et les belles paroles  de Not too late ?

Séance de rattrapage

death-magneticParce qu’il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis. Laissez-moi crier mon amour -si si- à Death Magnetic, dernier album de Metallica sorti en 2008. Vaguement écouté à la sortie, ça m’avait paru bien brouillon. Et puis en le réécoutant pour préparer le concert du 1er avril dernier, j’ai découvert un album complet, puissant, brutal, virtuose. Sûr que ce Death Magnetic n’a pas l’énergie pubère d’un Kill em all, mais que diable, quel bois ! Depuis, il tourne très très souvent en boucle dans ma bebertmobile.
2009 fut pour moi l’année de la (re)découverte de Metallica, groupe que j’avais sûrement un peu vite condamné à l’époque de l' »affaire napster ». J’encourage vivement les sceptiques à se repencher sur la carrière de ce groupe hors du commun. Voilà c’est dit.

Une trace

  1. Marshall Banana

    Un bon petit classement. Perso, j’aurai tendance à mettre Them Crooked Vultures en 1 (parce que ça pète, que ça fait vraiment un très très bon gros disque de rock et qu’ils ont beaucoup de goût en terme de chemise ^^)devant Ben et ses nouveaux potos, et Rodrigo y Gabriela en 3. Après c’est plus compliqué, le Wolfmother me plaît beaucoup (moins que le premier album qui a une patate puissance 12), et en 5 Didier et sa troupe de punk.

    Après c’est plus compliqué, d’autres albums m’ont parus pas mal mais sans plus, c’est pour ça que pour ma part le top 10 c’est raté. Disons qu »effectivement le dernier DM m’avait semblé pas mal, mais ça dépend des écoutes. Le dernier Bruce est pas trop dégueu non plus, mais rien de mémorable et une chanson un peu trop connotée Kiss. Les lives de Jack, Katie et Maiden sont pas mal du tout aussi. Le dernier Pearl Jam a du cachet, et le dernier opus de Phoenix est une bonne petite galette je trouve (rien de transcendental cependant).

    Après niveau déception, perso le Rammstein je le trouve plat, un peu comme le Norah Jones. Mais ma très grosse déception de l’année c’est NLOTH de U2, vraiment ç’est pas joli du tout d’avoir pondu ce truc soi disant revolutionnaire, et qui résonne comme un pet foireux que les plus gentils annoncent écoutable dans une vingtaine d’années minimum (mmmh). Le prochain sort bientôt et doit s’appeller « Song of Ascent » sur ce que j’ai lu : je pense que ça sera dur de faire moins bien, mais malheureusement ils en sont capables, surtout avec le peu de remise en question dont ils font preuve.

    Et en fait, j’ai oublié le 21st century breakdown de Green Day, mais là c’est à se demander s’il n’y a pas usurpation d’identité : c’est trop vilain pour être ce groupe tellement sympathique d’antan.

    Voili voilou, l’année recommencera a priori plutôt pas mal avec un John Butler Trio dès janvier : je ne pense pas qu’il aura l’audace de nous décevoir, le p’tit John.

Laisser une trace

  • (will not be published)