Là-haut

Tel le Beaujolais nouveau, les flims des studios Pixar nous reviennent chaque année. Ou presque. N'empêche que contrairement au nectar susnommé, c'est pas de la piquette.

par

Quel bon flim. Beaucoup d’humour et d’action, des personnages aux gueules toujours aussi improbables, c’est la patte Pixar. En plus, coup de pot, on est vraiment dans le haut du panier. Ce n’est pas Monstres & Cie certes, mais quand même, c’est mieux que Wall-E (moins moralisateur) ou que les Indesctructibles (moins long). Présentement on tape plus dans les pattes d’un Ratatouille ou d’un 1001 Pattes.

là haut afficheQuid de l’histoire. Toute sa vie, Carl Fredericksen a rêvé d’être un aventurier. Bob Morane contre tout chacal, c’est lui. Enfant, il admirait et vénérait le mystérieux globe-trotter Charles Muntz, celui-là  même qui aurait découvert de nouvelles espèces en Amérique du Sud Cette passion lui fera rencontrer sa femme, pour laquelle il se lancera dans un voyage complètement dingo, à bord de la maison familiale, portée par des milliers de ballons. Au passage il embarquera un scout. Le reste vous le découvrirez. On vous dira simplement que comme d’habitude avec Pixar, ça regorge d’idées, de personnages et de bestioles improbables., et que ça évite tranquillement l’écueil du cucul. Ca se permet même d’être émouvant l’espace de 3mn vierge de toute parole. Juste une belle musique et des images pour raconter la vie de couple de Carl Fredricksen et de son épouse. Magnifique.

‘Fin Bref, on saluera aussi le boulot réalisé sur le doublage français et le choix en tout point parfait de Charles Aznavour pour prêter son organe au personnage principal.

En conclusion, allez-y sans crainte, c’est génial. Ecureuil !

Laisser une trace

  • (will not be published)