John Butler aux Folies Bergère

On continue notre série des petits plaisirs de vacances avec un bien beau moment passé aux Folies Bergère le 10 juillet dernier en compagnie de John Butler, Tété et Nicky Bomba.

par

On continue notre série des petits plaisirs de vacances avec un bien beau moment passé aux Folies Bergère le 10 juillet dernier en compagnie de John Butler, Tété et Nicky Bomba.

John+Butler++Tt++Nicky+Bomba+butlerFidèles à nos principes, on arrive un peu en retard, du coup on rate une grande partie du show de Nicky Bomba. A regrets. Les 3-4 morceaux entendus et vus étant un véritable enchantement. Voix et musique ensoleillées, l’ancien –Sunrise over sea– et futur batteur – qui gratte aussi pas mal-  du nouveau trio du père Butler n’hésite pas à faire monter sur scène 3 personnes choisies dans le public pour l’aider à conclure son set qui a bien donné le ton de la soirée, dans ce  cadre si particulier des Folies Bergère.

Quelques minutes plus tard, Tété entre en scène. Bien connu pour des chansons comme A la faveur de l’automne ou Fils de Cham, Tété est un artiste qu’on dira proche du public, puisqu’à chaque chanson, on a droit à un petit speech, souvent teinté d’humour durant lequel il accorde sa guitare. Globalement j’ai bien aimé ce set. Pas complètement, car malheureusement, et en dépit de bien jolies mélodies, sur les trois quarts des chansons, on ne comprend pas  ce que chante Tété. Manque d’articulation, beaucoup de manières, mauvaise sono, je ne saurais avancé l’origine du problème. Néanmoins, artiste bien sympathique, jolis sons, pas de quoi être déçu … juste dommage que ce soit l’artiste francophone du soir qu’on ait le moins compris.

Et arrive le p’tit Johnny. Seul.  Fini le trio, finies les dreads, John arbore désormais une coiffure très académique (cf. affiche).

Quelques bonjours plus tard, on attaque par Used to get high, extrait du dernier album. La pêche d’entrée. Il enchaîne ensuite les morceaux de bon goût, parle et plaisante volontiers avec son public, passant allègrement de l’électrique à l’acoustique en passant par  la sithare ou le banjo. Au passage on découvre de nouvelles chansons comme Johnny’s gone dédiée au Premier Ministre Australien, ou Gone, et vient le somptueux Ocean, presque un quart d’heure de bonheur, merveille de morceau de gratte que John Butler fait évoluer à chaque concert. Ce n’était pas le même qu’à St-Gall, ni le même qu’à Dijon. Des frissons de dingo, la chaire de poule, le pied intégral en somme. Le Marshall gueulera toujours qu’Ocean vient trop tôt dans ses concerts. Autant à Dijon j’étais d’accord, autant là non, puisqu’Ocean marque la fin du set solo.

La batterie à la droite de John va enfin être occupée par le père Bomba. L’alchimie entre les deux bonshommes est palpable dès les premières notes de Zebra. Quel cogneur ce Nicky Bomba. Quel son. On redécouvre des Daniella, des Better Than, on découvre Only one ou Wrong Way …

Le temps d’un hommage au King of Pop, John, Nicky et Tété reprennent I want you back pour un joli moment de complicité entre les trois artistes. Toutes les bonnes choses ont une fin, et c’est sur une version maxi de Funky tonight que John et Nicky choisissent d’achever le set. Pendant 10 minutes, les deux australiens vont faire chanter le public, et jouer des percussions sur tout ce qui va leur tomber sous la main, y compris une chaise.

Et c’est déjà fini. J’adore les concerts dans des salles comme les Folies Bergère ou le Bataclan. Ca donne un cachet à l’ensemble … et puis ca prouve surtout que quand on est de bons musiciens, on a pas forcément besoin de décors pharaoniques  et d’effets pyrotechniques pour captiver l’auditoire.

A tout bientôt pour une ‘tite bafouille sur le concert intimiste de U2 au Stade de France.

3 traces

  1. Marshall Banana

    « ca prouve surtout que quand on est de bons musiciens, on a pas forcément besoin de décors pharaoniques et d’effets pyrotechniques pour captiver l’auditoire » : une attaque contre Maiden ? ^^

  2. kuroneko7

    Encore une fois je resterai un éternel incompris … Snirfl Snirfl.

    Plus sérieusement, c’est juste une petite pensée très générale, qu’on a pas forcément besoin de grosses structures pour en mettre plein les mirettes à son public -qui de toute façon est déjà acquis à la cause les 3/4 du temps-.
    Faut-il juste savoir ne pas le décevoir en lui donnant de bonnes chansons. Et oui je vise peut-être quelqu’un ^^

Laisser une trace

  • (will not be published)